Pourquoi devrions-nous jouer plus avec nos enfants?

Le jeu libre fait partie intégrante de l’épanouissement de l’enfant, lui donner accès à du matériel et/ou notre présence permet de le mettre en place. Voici quels sont les bénéfices pour nos enfants.

Nos enfants s’ennuient et n’arrivent pas à trouver d’activités pour s’occuper. Et nous, nous sommes submergé par les tâches quotidiennes et les listes de choses à faire. Nous avons alors du mal à trouver le temps de jouer et cela ne nous semble pas une priorité. Et si, finalement, jouer avec nos enfants devrait en être une?

Le jeu libre a une très grande place chez nous comme je vous l’avais introduit dans cet article. Nous avons la chance d’avoir réussi à se répartir les tâches à la maison et à nous organiser, quitte à en reporter certaines, et ainsi se dégager un peu de temps tous les jours. Il faut cependant en permanence réadapter notre routine. Ces temps de jeux sont à nos yeux vraiment importants voire prioritaires. En plus d’offrir un moment de qualité à son enfant, ils lui permettent de développer des compétences psychologiques, sociales et physiques. Voici des exemples de grands domaines qui sont favorisés grâce au jeu libre.

 

 

 

1. La créativité

A la crèche, à l’école ou dans la vie de tous les jours, l’enfant doit suivre une série de routines et de règles qui l’encadre et le rassure. En contrepartie, elles laissent peu de place à son imagination et à sa créativité. Il a en effet besoin de moments pour laisser courir sa pensée, essayer d’associer des idées nouvelles, créer des histoires ou bien jouer à être un autre.

Il semblerait qu’il y ait une corrélation entre le jeu dramatique (faire semblant) et la créativité des enfants. Lorsque vous laisser le jeu libre se mettre en place, les objets peuvent prendre une nouvelle utilité dans sa main pour sa plus grande joie. Prendre une ficelle pour devenir un pompier qui éteint un incendie, cuire de la pâte à modeler afin de préparer une tarte, ou juste choisir d’être un pirate lui permet de créer des histoires fabuleuses à partir de rien. En donnant accès à du matériel qui peut être utilisé de différentes manières (par exemple des Legos), nous permettrions également aux enfants de trouver des solutions plus créatives pour résoudre des problèmes.

 

2. La socialisation

Le jeu est essentiel pour développer des liens sociaux et émotionnels. Le jeu aide ainsi à tisser des liens dans la famille, l’engagement et les interactions plaisantes qui se produisent font comprendre à l’enfant qu’il a toute l’attention de son parent. S’il joue avec d’autres enfants, il apprendra à s’affirmer, à moduler ses émotions, à négocier avec les autres et à se faire des amis. Il discutera des règles, du contexte, entraînera l’autre dans son jeu en obtenant son accord.

Dans le jeu libre, l’enfant va pouvoir également s’épanouir dans un jeu sans la contrainte des règles, ce qui laissera la place à une plus grande liberté de comportements. Il sera possible de crier parce qu’il prétend être en colère, de se rouler par terre pour imiter un animal, ou bien grimper sur la chaise/camion de pompier. L’enfant pourra faire ses propres expériences où il ne craindra pas l’échec, tout en ayant conscience que son jeu se passe dans un univers imaginaire. Il va permettre également à l’enfant de construire sa propre identité, expérimenter ce qu’il aimerait être, se projeter dans un autre personnage pour découvrir son potentiel. Il découvrira également ses centres d’intérêt et construira ses passions. La découverte de soi et la pratique sans peur de l’échec vont ainsi aider à développer sa confiance en soi.

 

3. La motricité

Dans le jeu libre, l’enfant va utiliser toutes ses capacités motrices, aussi bien sa motricité globale que fine. Il va passer d’un moment d’agitation pour chercher le matériel ou courir comme son héros préféré, à des moments de minutie afin d’imbriquer ses Legos pour en faire une voiture ou un robot. L’enfant va aussi solliciter sa coordination lorsqu’il va préparer le repas et manipuler tous ses outils en même temps. Lui mettre à disposition du matériel différent lui permettra d’expérimenter tout type de prises et développera sa force s’il a du matériel lourd à déplacer (les paniers à linge se transforment souvent en voiture, vide ou plein). Ses capacités physiques seront ainsi plus stimulées que dans un jeu régis par des règles, qui sont le plus souvent à réaliser dans le calme, surtout à la maison.

 

4. La communication

Dans le jeu libre, l’enfant devra entrer en communication avec lui-même ou avec les autres afin de raconter l’histoire de son jeu. Le psychologue Edward Fisher a analysé 46 études sur le bénéfice cognitif du jeu. Il a trouvé que le jeu socio-dramatique (le jeu libre avec ses pairs) apporte une amélioration des capacités cognitivo-linguistique et socio-affectives. En effet, jouer avec quelqu’un d’autre implique de comprendre et de se faire comprendre. L’enfant va structurer son langage, jouer avec l’intonation, s’interroger sur les mots, essayer d’en prononcer de nouveaux, tester les phrases qu’il a l’habitude d’entendre et devra également communiquer de manière efficace avec les autres.

Si l’enfant n’a pas accès au langage verbal, il pourra tester de nouvelles stratégies de communication afin de se faire comprendre, utiliser ses pictogrammes ou les signes qu’il a appris dans un contexte que lui-même aura choisi. L’enfant pourra aussi exprimer différentes émotions dans le jeu et même des frustrations, ce qui fournit aux parents une opportunité de mieux comprendre ses besoins.

 

5. L’autonomie

A travers le monde, les enfants jouent à simuler toutes sortes d’activités qu’ils devront maîtriser une fois adulte. Cela suggère que jouer est une forme de mise en pratique de ses capacités. Pendant le jeu libre, l’enfant peut faire des choix par lui-même et expérimenter d’autres façons de faire car ils n’auront ainsi pas de conséquence. Cela lui permettra également d’apprendre petit à petit à jouer seul en se détachant de ses parents. Cela lui montrera comment partager, négocier et résoudre des conflits mais aussi à s’affirmer lorsque c’est nécessaire.

Il pourra se confronter à ses peurs, par exemple imaginer qu’il y a une araignée et mettre en place un plan pour la faire sortir de la maison, avec plus ou moins de réalisme. Il rejouera des scènes où il s’est senti mal à l’aise et élaborera de nouvelles stratégies pour mieux les affronter. Il s’exercera enfin à toutes sortes d’activités de vie quotidienne, telles que le ménage, se laver, faire à manger, afin de les améliorer et de se les approprier.

 

Conclusion

J’espère que cet article vous aura apporté quelques clés. Il parait évident que jouer avec son enfant est essentiel, mais nous avons tendance à penser que si l’on ne dirige pas le jeu, l’enfant n’apprendra rien. Il faudra réussir à se dégager de la croyance que l’enfant a besoin uniquement d’activités qui favorisent l’acquisition de compétences et stimulent ses capacités d’apprentissage. Le jeu libre nécessite vraiment un lâcher-prise qu’il peut être difficile à avoir. Nous devons, en tant que parent, réussir à trouver l’équilibre entre le jeu dirigé et le jeu libre. Cela offrira l’opportunité à nos enfants de se développer et d’exprimer leur potentiel. Et si vous faisiez l’expérience, lors d’un moment d’ennui, de s’asseoir par terre avec votre enfant et le laisser jouer à rien?

 

Sources (consultées le 20/12/2016):

«Et si on jouait à rien? », Institutions de la petite enfance subventionnées par la Ville de Genève

The Importance of Play in Promoting Healthy Child Development and Maintaining Strong Parent-Child Bonds, American Academy of Pediatrics Kenneth R. Ginsburg, January 2007

The cognitive benefits of play: Effects on the learning brain, Gwen Dewar

To be successful – let’s them play Hurwitz, Sally C., December 2002

 


Cet article est écrit dans un but ludique et d’information et non dans un but thérapeutique. Si vous avez des inquiétudes sur le développement de votre enfant, adressez-vous à votre pédiatre ou à votre médecin traitant qui pourra vous orienter si besoin vers le professionnel approprié.

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 thoughts on “Pourquoi devrions-nous jouer plus avec nos enfants?”

  1. Un article vraiment intéressant.
    Ici notre fils fait le restaurateur et nous sommes clients et il adore ces moments où on se met à disposition pr entrer dans son univers!

  2. Comment ne pas apprécier cet article. J’ai justement créer mon blog pour aider les parents à jouer avec leurs enfants. Car ce qui est aussi important, c’est de prendre, ne serait ce que 10 minutes par jour, pour jouer avec eux. 10 minutes qui peuvent en plus éviter tant de colères et de temps perdu pour le reste de la soirée. Alors si ça peut être utile à tout le monde pourquoi s’en priver 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *