La téléthérapie ou télésoins

Je vous parle aujourd’hui de la téléthérapie qui vient d’être autorisée par décret pour les professions paramédicales pendant cette crise sanitaire, afin de réduire l’impact de la fermeture de nos cabinets et de nos services pour nos usagers. Miracle de la technologie pour les uns, perte de contact humain pour les autres, la réponse se situe probablement quelque part entre ces deux curseurs. 

J’ai mis quelques temps avant d’écrire cet article car je ne savais pas sur quel axe le rédiger. Il y a pas mal d’études qui ont été publiées ces 5 dernières années pour soutenir cette pratique en ergothérapie, mais finalement vous en parler de cette façon n’a pas vraiment de sens dans cette situation : nous n’avons aujourd’hui pas le choix pour permettre la continuité des soins.

Les idées que je vous présente dans cet article seront donc plutôt des pistes de réflexion clinique ou des conseils que vous pourrez utiliser, quelle que soit votre profession. Ça ne se vaut donc pas d’être exhaustif, et ce ne sont pas des recommandations. Je vous partage uniquement des conseils liés à mon expérience et à mes lectures, m’intéressant au sujet depuis quelques années et y ayant recours parfois. Voici donc quelques conseils pour vous aider à réussir vos téléconsultations.

sommaire téléthérapie

Bien se préparer à la séance

Ce premier conseil va de soi, mais vous allez devoir rester 30 à 45 minutes assis sur une chaise. 

Assurez-vous d’être assis confortablement, avec l’écran à bonne distance. Lisez les recommandations de vos ordres ou associations professionnelles par rapport aux logiciels que vous pouvez utiliser et ce que vous pouvez ou non faire avec votre patient pendant la séance. Assurez-vous également que votre patient ait bien accès au logiciel et qu’il sache l’utiliser afin de vous faire gagner un temps précieux.

Avant de commencer l’appel, ayez vos notes de prête, une bouteille d’eau à proximité, passez aux toilettes, et pourquoi pas faire des étirements ou une méditation. La télé consultation prend énormément d’énergie niveau concentration et si vous décrochez, vous pouvez passer à côté d’informations essentielles. 

Dès le début de l’appel, recueillez le consentement de votre patient et prévenez de l’heure de fin de la consultation. Prenez un petit temps pour expliquer comment vous allez procéder et le type de conversation qu’il peut aborder avec vous. Notez en détails la conversation initiale (que je décris dans le point suivant) afin de pouvoir y revenir par la suite pour clarifier si besoin. Si vous abordez des sujets qui peuvent être sensible, comme les soins personnels ou la continence, conseillez à la personne de s’isoler pour ne pas être gêné dans la discussion par les personnes autours d’elle.

Gardez en bas de la page un espace, en faisant une liste à cocher, tout ce que votre patient ou vous devrez faire d’ici la prochaine séance : mail à envoyer, programme d’exercices conseillé, informations à partager…

Identifier le ou les problèmes avec votre patient et de sa famille

Pour cela, commencez votre entretien par demander à votre patient comment se déroule une journée typique depuis le confinement. Posez des questions spécifiquement sur les domaines que vous savez comme difficiles pour votre patient et sa famille. N’hésitez pas à questionner leurs attentes. N’essayez pas de proposer des solutions à ce moment, vous pourrez ainsi découvrir des difficultés qui n’ont peut-être jamais été abordées dans votre clinique.

Quelques questions que vous pouvez poser:

“Pouvez-vous me décrire une journée typique depuis le début de confinement?”

“Etes-vous satisfait par la déroulement de votre journée?”

“Quel moment trouvez-vous le plus difficile?”

“Si vous aviez une baguette magique, comment aimeriez-vous que cette activité se passe?”

Conseil : sur une séance, concentrez-vous sur un ou deux objectifs que vous pourrez explorer ensemble en profondeur.

Guider sans donner des solutions 

Cela n’est pas naturel pour un soignant, on veut absolument partager notre savoir et nos connaissances, et aider sur ce que nous avons identifié comme problématique. Cependant, cela peut être compliqué en téléconsultation, car cela pourrait couper le fil de la conversation et de la réflexion du patient. N’hésitez pas à reformuler pour être sûr de bien comprendre et avoir identifié le problème pour votre patient et sa famille. Invitez-le à réfléchir lui-même à son problème peut lui permettre de faire émerger des solutions qui lui correspondent et qu’il pourra mettre en place plus facilement. 

Quelques questions que vous pouvez poser:

“Avez-vous déjà été confronté à ce problème?”

“Est-ce que dans le passé, vous aviez réussi à contourner cette difficulté?”

“Qu’est-ce qui, selon vous, pourrait vous soulager?”

“Est-ce que vous avez déjà été ou vos proches dans une situation similaire ? Qu’est-ce qui a été particulièrement difficile ? Quelle solution a le mieux marché ?”

Conseil: Si la personne n’a pas trouvé de solution, vous pouvez alors demander s’il souhaite avoir vos suggestions. Ainsi, si cela ne l’intéresse pas, vous pouvez passer à un autre sujet sans lui envoyer des PDF qu’il ne lira pas (et je vous dis ça en tant que spécialiste d’envoi de ressources!). Il arrive que ce que le patient a initialement pensé être un problème ait finalement peu d’impact dans son quotidien.

Encourager l’expertise du patient

Le patient et sa famille sont au centre du processus de soin et doivent être considérés comme les premiers experts. Votre rôle en télé consultation est crucial dans ce contexte dans le transfert de connaissance et de compétences, car vous ne pourrez pas être impliqué physiquement. C’est donc l’opportunité pour le patient et sa famille de développer un rôle actif dans le traitement.

En collaboration avec le patient et sa famille, vous pouvez utiliser des objectifs SMART pour encourager sa participation entre les séances de façon motivante. Si vous utilisez des programmes d’exercices, les objectifs SMART permettront au patient de contrôler sa progression et d’ainsi vous solliciter s’il a besoin de modifier un exercice ou s’il a atteint son objectif plus tôt que prévu.

Est-ce qu’on peut tout faire en téléthérapie?

La réponse est évidemment non. Le principe est de répondre à la demande du patient et de sa famille s’il est isolé, afin d’apporter des soins malgré le contexte (comme ici pendant la crise du Covid 19, mais peut être aussi lié au manque de moyens de transport, de système de garde ou dans un désert médical). 

Il faut un engagement actif du patient lors de la séance, ce qui est impossible si vous travaillez directement au travers d’un écran auprès d’un public jeune par exemple. La collaboration pourra alors se faire avec sa famille ou son entourage et permettra de résoudre des problèmes liés au quotidien, qui affectent leur bien-être ou leur sécurité par exemple.

Si la question se pose autour de problèmes pointus nécessitant une expertise particulière, comme pour le positionnement, trouvez une solution transitoire qui assurera la sécurité du patient et de son entourage en attendant de pouvoir le voir en réel.

Conclusion

La téléthérapie s’est développée aux États-Unis dans les comtés ruraux, où les patients pouvaient être privés de soins pour de multiples raisons (distance, finances, situation familiale…). La téléthérapie peut être à long terme une solution pour accompagner les personnes isolées en rupture de soins, les personnes avec des maladies chroniques ou avec des problèmes de santé mentale, mais aussi pour que les professionnels ayant une haute expertise dans un domaine puissent accompagner des collègues et leurs patients afin de partager leurs connaissances et opinions.  

La généralisation du télé soin pendant le confinement permettra-t-elle une réflexion sur cette pratique, comme une alternative pour les personnes ne pouvant pas accéder habituellement aux soins, et ainsi potentiellement développer son fonctionnement dans des contextes précis et encadrés?

Cet article est un résumé d’une question très complexe, je vous encourage encore une fois à consulter les sites de vos ordres et associations pour lire les recommandations relatives à votre pratique. Et pour les questions, envoyez-les-moi dans la section commentaire!

2 thoughts on “La téléthérapie ou télésoins”

  1. bonjour, merci pour cet article très intéressant ! je me posais la question de faire de la téléthérapie. Mais je trouve que la méthode SMART est très intéressante à utiliser pour bien cibler les objectifs, et donc voir si la téléthérapie peut répondre aux besoins du patient/client !
    un grand merci
    soazig

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *