La Parentalité positive

Au départ d’un long chemin – La parentalité avant


Naturellement, nous reproduisons l’éducation que nous avons reçue de nos parents. Nous n’avons le plus souvent aucune raison de remettre leur modèle en question, nous sommes des adultes sains, équilibrés et indépendants. Lorsque nous regardons derrière nous, que nous nous revoyons enfant nous faire disputer ou punir, nous avons le droit de penser que nos parents avaient raison, que nous méritions ces châtiments et que c’est grâce à eux et à cette éducation que nous sommes devenus ces adultes plus ou moins épanouis.

Nous utilisons donc les conseils de nos aïeux qui semblaient avoir si bien marchés sur nous. Nous nous rendons pourtant compte que nos enfants ne nous écoutent pas, essaient d’avoir le dessus sur nous, et surtout n’obéissent pas comme nous nous rappelions l’avoir fait étant enfants. Bien sûr, nous sommes fatigués de devoir répéter plusieurs fois de mettre leurs pyjamas, de voir le sol de salon jonché de jouets, de faire une course contre la montre tous les matins pour ne pas être, encore une fois, le dernier parent arrivé devant la grille de l’école. La liste des reproches dont nous pouvons accabler nos bambins est longue.

De notre côté, nous craignons peut-être l’autorité de notre supérieur, nous n’osons pas prendre de risques professionnels de peur de faire échouer nos carrières, ou alors nous culpabilisons quand nous rentrons tard car nous n’avons pas osé dire non à ce supérieur qui, au choix, nous a fait culpabiliser, ou nous a menacé de licenciement/mise à l’écart. Alors, se pose LA question: est-ce qu’il n’y a pas quelque chose qui cloche chez nous?

Et bien, peut-être pas finalement. Sans doute que nos parents ont fait avec les méthodes qui semblaient le mieux marcher à leur époque, mais qui ne marchent plus aussi bien dans notre monde d’aujourd’hui.

 

Le verre cassé


Faisons d’abord une petite expérience. Je vais prendre un exemple que nous avons probablement tous vécu durant notre enfance:

j’ai fait tomber un verre sur le sol pendant le repas et il s’est cassé.

 

1ère réaction: Sans doute la plus commune. Notre mère/père/nounou nous a grondé, nous avons été punis (au coin ou de dessert au choix), voire même reçu une fessée. Nous n’avions qu’à faire attention, un verre se casse quand il tombe, tout le monde le sait. Nous pensons donc à juste titre que « je l’avais mérité ».

2ème réaction: Maintenant, nous partions sur une autre approche, plus douce et rassurante:

  • Que se serait-il passé si on nous avait dit que ce n’était pas si grave, cela arrive à tout le monde de casser un verre, même aux adultes?
  • Peut être que l’adulte aurait pu donner un verre plus solide?
  • Peut être aurait-il pu limiter des distractions pendant le repas pour limiter les gestes brusques?
  • Peut-être aurions nous pu aider à nettoyer, voire en racheter un avec notre argent de poche?

Alors, maintenant relisez la première réaction, est-ce que finalement c’était si mérité? N’existe-t-il pas d’autres outils pour permettre d’éduquer nos enfants? Y a-t-il des alternatives à crier ou punir?

 

 Et maintenant? – La parentalité positive


Le Conseil de l’Europe, suite à la conférence des Ministres européens des affaires familiales de 2006, a défini la parentalité positive comme une démarche « centrée sur une parentalité qui respecte les droits de l’enfant et son intérêt supérieur comme le veut la Convention des Nations Unis sur les droits de l’Enfant (CNUDE), tout en tenant compte des besoins et des ressources des parents. » Adopté en 1989, la CNUDE a redéfini la place de l’enfant dans la société, mais aussi dans la relation entre parent et enfant.

Il y a autant de visions de la parentalité positive qu’il y a d’auteurs qui se sont penchés sur le sujet. Mais ce qui en ressort communément, c’est cela:

  • Poser un regard bienveillant dans une relation respectueuse et équilibrée
  • Accompagner en fonction de ses capacités
  • Donner le droit à l’erreur et apprendre à les réparer
  • Exprimer ses émotions
  • Se mettre à sa place
  • Eviter toute forme de violence éducative ordinaire (VEO)

A mes yeux la parentalité positive est une philosophie, un mode de vie qui change son regard sur l’enfant et sur nous même.

Je suis toujours dans cette démarche, et le serai sans doute toute ma vie. Je découvre mon fils et me réinvente en tant que parent tous les jours. Le chemin est long, les difficultés sont nombreuses, mais cela en vaut la peine, pour son enfant bien sûr mais aussi pour soi-même.

Pour aller plus loin:

Les repas: 

Mon enfant est un petit mangeur!

La toilette: 

Mon enfant ne veut pas se brosser les dents!

Mon enfant ne veut pas prendre son bain!

L’habillage: 

5 astuces pour habiller votre enfant!

La continence: 

5 signes qui montrent que votre enfant est (presque) prêt!

 

 

Sources: « EVOLUTION DE LA PARENTALITÉ : Enfants Aujourd’hui, Parents Demain »