5 astuces pour habiller votre enfant!

Mon enfant ne veut pas s’habiller le matin, prend tout son temps avant de partir à l’école ou encore refuse de se mettre en pyjama le soir… Cette situation que connaissent beaucoup de parents est vite très stressante. Alors, comment aider son enfant à s’habiller? Voici quelques conseils pour l’aider à se préparer plus sereinement, inspirés du livre « Parlez pour que les enfants écoutent, écoutez pour que les enfants parlent » de Adele Faber et Elaine Mazlish.

 

Cette chose, qui pour nous, est tellement naturelle qu’on le fait sans se poser de question, peut être un vrai casse tête avec son enfant. Entre le temps qui tourne, les refus, les pleurs que nous ne comprenons pas, le moment de l’habillage peut devenir compliqué. Prendre du recul pour comprendre le problème et mettre en place de nouvelles façons de l’accompagner pourra permettre de reprendre pieds et de l’aider à s’habiller plus facilement, sans rentrer dans un rapport de force qui serait contre productif.

Dans cet article, je vais m’inspirer du livre Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent de Adele Faber et Elaine Mazlish. Dans ce livre, les auteures proposent des situations concrètes et proposent pleins de conseils bienveillants. Elles donnent énormément d’exemples pour aider à améliorer la relation parent/enfant en changeant sa façon de communiquer.

Alors, peut-être y a-t-il des choses que nous pouvons changer dans notre façon de communiquer avec nos enfants au moment de l’habillage? Voici quelques astuces issues de ce livre pour solliciter la coopération et favoriser l’autonomie de son enfant.

 

1. Décrivez le problème

Il sera plus facile à l’enfant de se concentrer sur le problème si vous le lui avez décrit. Cela lui donne ainsi une chance de se dire à lui-même quoi faire, en lui donnant l’opportunité de prendre l’initiative et donc de favoriser son autonomie.

Par exemple, au lieu de dire « Mets ton manteau! », vous pouvez plutôt décrire la situation devant la porte: « je vois que les feuilles tombent des arbres, il y a beaucoup de vent », « Il pleut dehors, le sol est complètement trempé » et de rajouter si nécessaire « de quoi as-tu besoin? ». C’est un vrai exercice qui demande de l’entraînement, mais voir votre enfant saisir son manteau de lui-même est vraiment motivant.

 

2. Donnez des informations

Moi la première, j’ai tendance à trop parler, surtout quand monte l’agacement. Finalement, il devient difficile pour son enfant de prendre en compte l’élément pertinent dans notre phrase car il y aura beaucoup trop d’informations. Le guider verbalement, en décrivant les étapes ou la manière de mettre les habits, lui permettra de savoir exactement ce qu’il doit faire et la coopération sera donc plus facile.

Par exemple, au lieu de « On va être en retard, tu n’as pas encore mis tes chaussettes on devrait déjà être parti, etc », vous pouvez tenter un « les chaussettes se mettent sur les pieds », « le pantalon à besoin d’une ceinture pour tenir », etc. Si décrire le problème n’a pas suffi, cela permettra tout de même à son enfant de revenir sur l’activité et d’avoir la marche à suivre pour continuer.

 

3. Dites-le en un mot

Toujours sur le même principe, plus on est énervé, plus on a tendance à parler. Plus on parle, moins l’enfant perçoit l’information importante, donc moins il coopère. Et le cercle vicieux énervement/refus s’enclenche et fini bien souvent en rapport de force… Les enfants détestent les sermons ou les longues explications. Plus court est le rappel, plus il sera efficace!

Par exemple,  « Ça fait dix fois que je te dis de mettre ton bonnet, on en a déjà discuté hier et on était d’accord pour que tu le mettes avant de partir, et tu es encore en train de jouer avec, etc ». En un mot ça donnera « Petit loup, Bonnet! ». Surtout si l’enfant est distrait par autre chose, ça pourra le ramener à l’activité. Bien sûr, à dire sur un ton calme et posé. (Si on hurle, ça marchera moins bien, on est d’accord!)

 

4. Laisser l’enfant faire des choix

Petit Loup avait un t-shirt rouge qu’il adorait la semaine dernière, il voulait le garder tout le temps. Mais un copain à la crèche lui a dit qu’il était moche. On n’y était pas, donc on ne peut pas le deviner. Mais depuis, il a complètement changé d’avis dessus et ne veut plus le remettre. Le plus simple, pour éviter cette situation, sera donc de lui laisser un choix et de le guider dans celui-ci pour lui laisser plus d’autonomie et respecter ce qu’il aime.

Par exemple, Au lieu de « mets ce t-shirt » ou bien  » tu veux mettre quel t-shirt aujourd’hui? » proposez- lui « tu préfères ton t-shirt rouge avec le camion de pompier, ou le bleu avec le dinosaure? ». Plus l’enfant est jeune, plus il faudra limiter ce choix.

 

5. Respecter les difficultés de son enfant

L’habillage est un apprentissage vraiment complexe. Il nécessite beaucoup de capacités motrices (motricité fine, dextérité, coordination,..) et cognitives (planification, séquençage, orientation spatiale,…). Laissez votre enfant essayer et laisser-lui le droit de se tromper. Surtout n’anticipez un échec, ils peuvent tellement nous surprendre.  Encouragez-le à faire seul si il en a envie et surtout ne nier pas la difficulté car elle est vraiment présente. Soyez patient, parfois un enfant pourra tenter une dizaine de fois sans être frustré et y arriver d’un seul coup!

Par exemple, Au lieu de « pourquoi tu mets si longtemps à faire tes lacets? », vous pouvez dire « c’est difficile de nouer ses lacets, ça demande beaucoup de mouvement compliqué  avec les doigts ». Ne corrigez pas toutes ses erreurs, surtout si c’est la première fois qu’il essaie. Si par exemple vous sortez au parc et qu’il met son pull à l’envers, valorisez le fait qu’il ait réussi à mettre celui-ci plutôt que de vouloir lui remettre dans le bon sens, il sera fier de sa réussite et au final, personne ne le remarquera!

 

Ce livre est une vraie mine d’or de conseils qui sont tous bienveillants, et offre des pistes de réflexions pour accompagner son enfant sans cris ni punitions. Il existe d’ailleurs des ateliers pour les parents Faber et Mazlish. Sous forme de groupes de discussion, ils permettent d’accompagner les parents à amorcer ce changement et se sentir soutenu dans celui-ci.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour aider votre enfant à s’habiller? laissez un message en commentaire pour partager votre expérience!

 

*Cet article contient des liens affiliés pour votre commodité

mis à jour le 7/02/2017

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “5 astuces pour habiller votre enfant!”

  1. c’est pas évident quand tu accumules l’énervement depuis le réveil parce que tout s’accumule mais y a des petites choses bonnes à prendre surtout quand ça traine…
    J’aime bien l’ordre bref en un mot mais faut souvent le répéter 🙁

    1. En fait ce qui marche le mieux, c’est d’attendre qu’il soit prêt pour s’habiller… Mais malheureusement, on a rarement le temps 🙁 L’ordre bref marche super bien , ça permet vraiment de se recentrer sur l’activité!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *