[Ergothérapie] Pourquoi avons-nous besoin d’ergothérapeutes dans nos écoles?

 Le droit à l’éducation pour tous les enfants, quelles que soient ses difficultés ou son handicap, est un droit fondamental. Comme vous l’avez peut-être découvert dans cet article, l’ergothérapeute peut intervenir dans un grand nombre de lieux et de contextes différents. Alors, pourquoi et comment l’intervention en ergothérapie favorise-elle l’inclusion des enfants à besoins spécifiques dans les écoles?

L’école est un endroit très important pour un enfant. Il y passe plusieurs heures par jour, apprend à lire, à écrire, se fait des copains et tant d’autres choses. La présence de difficultés d’autonomie, d’un trouble des apprentissages, d’une maladie évolutive ou d’autres problèmes de santé peuvent rendre cette scolarisation difficile. Une scolarité « aménagée » permet donc de faciliter les apprentissages scolaires de l’enfant, que ce soit à travers des aménagements des cours, des horaires spécifiques, à travers un établissement spécialisé ou d’autres possibilités.

La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a favorisé le développement de la scolarisation en milieu ordinaire des enfants en situation de handicap. Elle a contribué à apporter à l’enfant une assistance pédagogique avec la création des rôles d’Assistants de Vie Scolaire ou AVS. La place des AVS a été indispensable à cette inclusion en facilitant l’accès à l’apprentissage en plus des aménagements spécifiques: explications ou reformulations de consignes, recentrage de l’élève sur sa tâche, aide ponctuelle de prise de notes ou réalisation d’un exercice sous la dictée de l’élève.  La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République a également renforcé ces mesures.

Aujourd’hui, l’orientation de l’école publique, aux vues de la législation, tend vers l’inclusion des enfants aux besoins spécifiques. La réalité est cependant plus complexe. En cause, les manques de moyens humains et financiers, ainsi que le manque de formation des professionnels et accompagnants sur les différentes problématiques liées au handicap. Les adaptations nécessaires à l’autonomie sont différentes d’un enfant à l’autre. Il est donc nécessaire de mettre en place un accompagnement individualisé et spécialisé, en fonction des besoins réels de l’enfant.

 

L’ergothérapeute est un partenaire privilégié en terme d’information du public, de rééducation et de compensation des difficultés de l’enfant. Quels sont alors la place et le rôle de l’ergothérapie dans le milieu scolaire ordinaire? Comment accompagner l’enfant vers son inclusion et améliorer sa participation à l’école?

 

Un travail d’équipe autour de la famille et de l’enfant

La coordination autour du projet personnalisé de l’élève est indispensable. Il est vraiment important que tous les professionnels s’associent et communiquent pour réussir son inclusion, car les personnes intervenant autour de l’enfant peuvent être nombreuses:

  • les parents veillant à la qualité du projet de vie de leur enfant
  • les AVS pour accompagner l’enfant dans ses activités
  • l’enseignant référent dont le rôle est de coordonner le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS)
  • l’enseignant qui est le garant du projet pédagogique, enseigne les savoirs et les adapte
  • les professionnels de santé participant à la réflexion sur le projet, et réalisent les évaluations et mettent en place les aménagements et la rééducation appropriés

L’ergothérapeute est en lien avec les différents partenaires et les parents dans le but de faire connaître les besoins spécifiques de l’enfant et de s’assurer du suivi des recommandations.

 

Comment l’ergothérapeute intervient à l’école?

Prendre le bus, enlever son manteau, rester assis en classe, maintenir sa concentration, utiliser les outils scolaires, avoir des interactions appropriées avec le professeur ou les autres élèves,… Ces actions peuvent être vraiment compliquées pour certains élèves.

Il n’y a pas, en France, d’ergothérapeute salarié par les écoles en milieu ordinaire. L’intervention d’un professionnel extérieur est donc nécessaire. Il peut intervenir via le SESSAD (Service Spécialisé d’Education et de Soins A Domicile) ou peut être un ergothérapeute libéral qui interviendra sur prescription médicale.

L’ergothérapeute en pédiatrie travaille à travers le jeu et des activités ciblées pour permettre  à l’enfant d’être le plus autonome possible, tout en tenant compte de ses besoins et de ses capacités. Il est donc important que les difficultés soient détectées et accompagnées au plus tôt afin d’éviter les risques de décrochage scolaire ou de retard de ses apprentissages. En effet, l’ergothérapeute pourra mettre en place des outils et activités qui lui permettront de suivre sa scolarité en fonction de ses besoins.

Les recommandations de l’ergothérapeute vont alors s’inscrire dans la réalité de l’élève, de sa famille et de l’enseignant, dans le but de favoriser son inclusion.

 

Quel est le rôle de l’ergothérapeute à l’école?

– Auprès de la famille et de l’enfant:

L’ergothérapeute évalue, conseille et planifie son intervention pour aider à surmonter les difficultés de motricité (globale et fine), les problèmes sensoriels ou de développement que l’enfant peut rencontrer. L’ergothérapeute peut intervenir au niveau:

  • de l’école: sur le contenu scolaire (graphisme, mathématiques, utilisation des outils, …), récréations, gestion du matériel, …
  • des loisirs: préconisations, mise en place de stratégies ou d’aides techniques…
  • de l’autonomie dans les gestes de la vie quotidienne: se laver les mains, les repas, aller aux toilettes, s’habiller, …

L’ergothérapeute pourra accompagner l’enfant dans ses apprentissages afin:

  • d’exploiter et améliorer son potentiel au niveau des habiletés motrices, cognitives ou sociales
  • de l’accompagner pour répondre aux exigences scolaires en mettant en place des stratégies ou des aides pour organiser son travail, finir dans les temps le contrôle, rester assis pendant la classe, …
  • de donner une vision plus positive de l’élève en valorisant ses capacités
  • d’élaborer des stratégies pour faciliter les apprentissages scolaires
  • d’intervenir auprès des parents en proposant des outils et stratégies pour accompagner l’enfant au quotidien

L’ergothérapeute définit des objectifs personnalisés avec l’enfant et ses accompagnants. Il fera des recommandations afin d’assurer une continuité de la prise en charge en dehors des séances.

– Auprès de l’enseignant et de l’AVS:

L’ergothérapeute aura un rôle:

  • informatif: l’ergothérapeute informera, dans le respect du secret médical, des troubles de l’enfant et de ses impacts sur les apprentissages scolaires, en particulier les troubles cognitifs et les particularités d’apprentissage qui sont invisibles et difficiles à appréhender
  • de conseiller: l’ergothérapeute pourra recommander aux éducateurs les aménagements nécessaires à l’élève. Cela lui permettra de travailler avec une meilleure autonomie dans la classe. Il conseillera également sur les adaptations matérielles et pédagogiques (adaptation des consignes, compensation matérielle ou humaine ou comportement à adopter) en lien avec les besoins spécifiques de l’élève.

– Auprès de l’environnement:

Modifier l’environnement peut faciliter l’accès aux apprentissages des enfants. Il peut s’agir, par exemple, de l’adaptation de la feuille et des outils scolaires (stylos, règles, feuilles,…), changer l’installation assise de l’enfant afin de favoriser sa concentration, réaliser les exercices sur ordinateur, ou recevoir l’aide de l’AVS. L’intervention de l’ergothérapeute au sein de l’école permet ainsi une meilleure communication entre les intervenants (enseignants, AVS, équipes en gestion des activités périscolaires et de la cantine,…) et donc une meilleure mise en oeuvre des conseils. Mais cela offre également une meilleure connaissance des compétences et des difficultés de l’enfant dans son environnement scolaire.

 

Quelle est son efficacité?

Sandra Sahagian Whalen, ergothérapeute spécialisée en pédiatrie, a effectué une revue de la littérature scientifique au sujet de l’ergothérapie en milieu scolaire. Elle souligne son efficacité ainsi :

  • Selon des évidences scientifiques, l’ergothérapie est efficace en milieu scolaire. Les élèves ayant des besoins particuliers qui bénéficient d’une intervention en ergothérapie voient augmenter leur performances à l’école.
  • Des consultations en collaboration avec l’ergothérapeute et l’enseignant semblent essentielles à l’efficacité de l’intervention.
  • L’intervention précoce est importante. Elle permet de réduire les troubles de comportement, émotifs, physiques et psychiatriques secondaires, qui peuvent découler des difficultés éprouvées par l’élève lorsqu’il accomplit ses occupations quotidiennes.
  • L’intervention de l’ergothérapie en milieu scolaire contribue ainsi à la réduction des coûts de santé et des services sociaux.

 

J’espère que cet article vous permettra d’y voir plus clair sur le potentiel de notre profession, que vous soyez parent, enseignant ou professionnel de santé. Je suis persuadée que l’ergothérapie est indispensable pour améliorer l’inclusion des enfants en milieu ordinaire. En discutant avec des enseignants, j’ai constaté que lorsque l’intégration n’est pas accompagnée, les équipes d’enseignants s’épuisent. Egalement, l’élève a plus de difficulté à fraterniser avec les autres enfants et il reçoit peu des bénéfices attendus de cette inclusion.

Si votre enfant ou élève se retrouve avec des difficultés dans les gestes de la vie quotidienne ou des difficultés scolaires, l’intervention de l’ergothérapeute peut l’aider à améliorer sa participation ou compenser ses difficultés. Permettre aux ergothérapeutes d’intervenir à l’école aide les accompagnants et les enfants à être plus sereins. Cela permet aussi d’augmenter les chances d’une inclusion réussie en milieu ordinaire.  Et vous, avez-vous déjà fait appel à un ergothérapeute pour votre enfant ou élève? A-t-il pu intervenir dans sa classe? Avez vous trouvé son intervention positive? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires!

 

Et un grand merci à tous les collègues qui m’ont relue pour cet article!

 

Sources:

L’ergothérapie est efficace en milieu scolaire, l’Ordre des ergothérapeutes du Québec

Quand l’ergothérapeute intervient à l’école, G. Drieux et C. Thomas, in Ergothérapie en pédiatrie, Solal éditeur, Marseille – 2010; chap. 28, p 415-429

Sandra Sahagian Whalen, L’ergothérapie est efficace en milieu scolaire – Sommaire de la revue de littérature, actualités ergothérapiques, mai/juin 2002 , CAOT pubications

Au-delà de la réadaptation, L’ergothérapeute à l’école : Rôle de l’ergothérapie en tant que service éducatif complémentaire auprès des élèves en difficulté, Danielle Gravel, Montréal, septembre 2007

Surrey Children’s Therapies

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 thoughts on “[Ergothérapie] Pourquoi avons-nous besoin d’ergothérapeutes dans nos écoles?”

  1. Un article très intéressant qui montre la complémentarité des professionnels pour ces enfants…
    En tant qu’Educatrice Spécialisée, je ne peux que confirmer tous tes dires ! Malheureusement, la France reste freinée par le manque de moyens financiers… L’EN ne peut assumer à elle seule la prise en charge d’enfants aux besoins spécifiques et finalement, ces enfants se retrouvent en IME ou en ITEP alors qu’on sait pertinemment que l’inclusion en milieu ordinaire est bien souvent le meilleur moyen de les aider à développer leurs compétences et à s’épanouir socialement parlant…

    1. Merci pour ton commentaire! En effet, le milieu ordinaire peut vraiment aider l’enfant à exprimer son potentiel s’il est bien entouré et soutenu… Les choses avancent petit à petit, on peut espérer y arriver d’ici quelques années!

  2. Mais attention cependant au « tout inclusion en milieu ordinaire  » je travaille en IEM et l’on récupère certains enfants qui étaient en milieu ordinaire mais pour qui c’était un échec. Le milieu ordinaire a aussi ses limites et ne correspond pas a tous les enfants (en termes de rythme, nombre d’enfants, autonomie…) J’ai travaillé en sessad et quand cela marche c’est super et en effet ça porte les gamins (quand matériel, personnel présent évidemment…). Mais malheureusement certains enfants se retrouvent en milieu ordinaire ou en CLIS et passent la journée à regarder les murs… Là où je travaille les enfants ont un petit temps scolaire, avec une enseignante spé, en très petit effectif, et c’est adapté pour eux car ils ont un petit niveau, difficultés de concentration, difficultés motrices.. bref l’important c’est de trouver le milieu qui sera le plus aidant pour l’enfant, tout part de là, l’enfant et ses besoins ☺

    1. Merci de votre commentaire Samuel, je comprends votre point de vue. Je ne dis pas que les IEM ne sont pas nécessaires, mais que l’inclusion peut mieux réussir s’il y a un accompagnement par l’équipe pluridisciplinaire sur le terrain de l’école. Il y a des professionnels paramédicaux qui y sont présents de plus en plus, mais il y a malheureusement trop d’exemples d’inclusion où l’enfant n’est pas ou peu accompagné qui se soldera effectivement par un échec. Surtout que les listes d’attentes pour une scolarisation en milieu spécialisé sont souvent très longues et les enfants non scolarisés.

      1. Mea culpa je répondais surtout au commentaire précédent! 🙂 en fait je pense qu’on est d’accord. Sinon le blog est top, j’ai fais des bouteilles sensorielles avec ma fille qui adore et j’ai prévu d’en faire avec des gamins au boulot 🙂

  3. Très intéressant.
    En effet, comme tu le soulignes dans cet article, la formation et l’information sont indispensables et la communication ESSENTIELLE !
    Existe-t-il des ergothérapeutes intervenant dans un module dans les IUFM ?
    Entre milieu scolaire « ordinaire » et IEM, il existe tant d’adaptations à tenter.
    Certaines orientations, dans un sens ou l’autre, sont parfois un peu forcées il me semble…

    1. Je n’ai pas connaissance d’intervention dans les IUFM d’ergo, mais connaissant pas mal d’instits, tous se plaignent du manque de formation au handicap… Une piste à creuser!

  4. Bonjour, je suis étudiante en deuxième année d’ergothérapie et je fais mon mémoire sur l’ergothérapie en milieu scolaire. Je n’arrive pas a avoir accès a l’article de Sandra Sahagian Whalen. J’aimerai également savoir si vous aviez d’autres articles, ouvrages à me conseiller pour approfondir mes recherches.
    En vous remerciant par avance.
    Marlène.

    1. Bonjour, Il est en effet plus disponible en ligne. N’hésitez pas à me contacter par mail ou via ma page Facebook pour me poser vos questions, je pourrais vous transmettre quelques documents ou liens intéressants en fonction de votre orientation de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *