Les enfants ont-ils vraiment de plus en plus de mal à tenir un stylo à cause de l’invasion des écrans?

Le 27/02/2018, BFM TV a publié un article alarmiste sur un lien entre les écrans et la tenue du crayon. Qu’en est-il vraiment? La question est intéressante à poser et vaut la peine de se pencher dessus plus en détails.

Dans le cadre de ma pratique en tant qu’ergothérapeute en milieu scolaire et en libéral, je suis confrontée quotidiennement à des enfants dont les difficultés principales sont l’automatisation de l’écriture et la lisibilité. Je m’intéresse aussi particulièrement à ce sujet et anime plusieurs groupes Facebook dont un pour les parents, professionnels et ergothérapeutes afin de promouvoir les bonnes pratiques et les méthodes basées sur les données probantes.

La publication de l’article de BFM TV a fait grand bruit sur les réseaux sociaux et dans les salles des profs, et a donc attiré mon attention. J’ai eu envie de me pencher plus en détails sur les affirmations de cet article. Alors vrai ou faux, la technologie réduit-elle la capacité de nos enfants à tenir un stylo?

La Finlande abandonne l’écriture cursive – FAUX

Les liens des différents articles sont soit circulaires (c’est à dire qu’ils se citent entre eux) ou morts. Une rapide recherche sur Google avec les mots clés « cursive handwriting Finland curriculum » conduit vers le site officiel du Finnish National Agency for Education expliquant qu’il y a eu une mauvaise interprétation du nouveau programme de 2014, le dernier en date. Il y est inclus en effet un apprentissage précoce de la frappe au clavier, mais l’écriture dont cursive reste bien une priorité, avec un apprentissage plus souple. Elle est toujours enseignée en première année.

L’écriture à la main est toujours considérée comme importante pour le développement de la motricité fine et de la mémoire des élèves. Le type de modèle utilisé et le temps et les efforts consacrés à la pratique des lettres jouent un rôle clé. Le principe majeur dans la conception du nouveau modèle était de trouver des lettres qui sont élégantes et faciles à lire, à écrire et à enseigner.

Aucun arrêt de l’écriture cursive donc, juste un changement de charte.

Les service de santé de sa majesté s’inquiètent de l’incapacité de tenir un crayon – PARTIELLEMENT VRAI

Travaillant en milieu scolaire ordinaire en Angleterre, je suis particulièrement exposée au problème. L’intervention précoce pour des difficultés avec le geste graphique sont de mise ici, avec les écoles qui peuvent référer directement aux services appropriés pour soit, une formation des enseignants et des AVS afin de promouvoir l’utilisation des méthodes d’apprentissage du geste graphique et d’activités de motricité fine et globale, soit des groupes focalisés sur l’écriture, ou bien une évaluation des capacités de l’enfant en relation avec une demande d’intervention et/ou une de diagnostic. Il n’y a cependant pas eu de changements majeurs ces dernières années et il n’y a pas eu de nouvelles recommandations au sujet de l’écriture.

Les ergothérapeutes du National Health Service (NHS) peuvent donc intervenir au niveau des écoles précocement s’il y a un retard de développement ou s’il y a une suspicion ou des facteurs de risques de troubles de la motricité ou du graphisme. L’ergothérapeute citée dans l’article du Guardian, Sally Payne, est une figure de la profession, mais n’expose ici que son observation et expérience clinique. Je n’ai trouvé aucune étude publiée donnant des statistiques montrant ne serait-ce qu’une corrélation entre l’utilisation des tablettes et l’écriture manuscrite dans la population générale ou ciblée. Ceci ne veut pas dire que ça soit faux, mais que cela mériterait d’être étudié de façon méthodique et scientifique.

De plus dans ce même article, elle développe le fait que ce n’est pas en soit la tablette qui en serait responsable, mais le changement de nature du jeu. Le bout de phrase souligné dans l’article du Guardian a été retiré de l’article de BFM TV:

Payne a déclaré que la nature du jeu avait changé. «Il est plus facile de donner un iPad à un enfant que de l’encourager à faire des exercices qui encouragent à développer la force de la main, tels que des blocs de construction, découper et coller, ou tirer des jouets et sur des cordes. »

Cela change significativement la tonalité du propos. Ce n’est pas l’usage précoce, mais plutôt le manque d’exposition des enfants à des activités de motricité fine et globale car ils en ont moins l’opportunité, limitant le développement des préalables à l’écriture. Dans ce contexte, remplacer l’écran par le livre, vous aurez le même effet. L’impact de la tablette sur la tenue du crayon serait alors plus une corrélation qu’une causalité. Rien à voir avec la « micromotricité »!

La préhension recommandée est la tripode dynamique – FAUX

Il n’y a pas de préhension recommandée, on va plutôt parler de préhension fonctionnelle (c’est à dire qui permet de réaliser l’action de façon performante et satisfaisante) et non-fonctionnelle. Il est admis par les ergothérapeutes par rapport aux étapes de développement des préhensions de l’enfant que les prises considérées comme les plus fonctionnelles sont les prises tripodes ou quadripodes (à quatre doigts), et que celles-ci peuvent être développées par le jeu et les activités manuelles pendant la petite enfance.

Vous pouvez cependant regarder autour de vous, vous serez surpris de voir la variété des prises du crayon chez des adultes qui écrivent. De plus, de nombreuses études ont montré que la prise n’a pas d’impact sur la lisibilité et la fluidité, la dernière étude importante en date est d’ailleurs accessible dans son intégralité sur le site de American Journal of Occupational Therapy gratuitement. Je vous recommande également de lire l’article de The Anonymous OT au sujet de quand intervenir sur la prise du crayon qui est vraiment très intéressant (pour les non anglophones, clic droit/traduire permet d’avoir en général une assez bonne compréhension du texte original). Ou encore cet article en français.

Mais les spécialistes ne voient pas le retard des enfants comme irrémédiable – VRAI

De nombreuses méthodes ont de très bons résultats au niveau de l’amélioration de l’écriture, comme la méthode Handwriting without Tears dont de nombreuses publications ont démontré des améliorations significatives (certains livrets sont traduits et accessibles en français), ou encore la méthode CO-OP (Cognitive Orientation of daily Occupational Performance) qui est une méthode d’intervention en ergothérapie développée par le Dr. Polatajko, ergothérapeute canadienne reconnue pour ses travaux et ses nombreuses publications (mais n’est pas ciblé spécifiquement sur l’écriture). Ils existent bien d’autres méthodes d’écriture efficaces et qui s’améliorent continuellement en s’appuyant sur la recherche et permettant un apprentissage et/ou une remédiation efficace mais peu ont une traduction ou une équivalence en français.

L’arrêt de l’écriture manuscrite pourrait menacer le secret des correspondances, l’authentification des documents et nos démocraties mêmes – NI VRAI NI FAUX

L’argumentaire de Mme Dumont n’est ici pas vraiment recevable car est une « pente glissante ». En effet ce sophisme définit un argument qui exagère les conséquences d’une thèse en imaginant une chaîne de conséquences aboutissant à une conclusion catastrophique. Comme démontré ci-dessus, il n’y a pas d’arrêt de l’écriture manuscrite, pas d’inquiétude accrue de la reine d’Angleterre, pas d’études démontrant une quelconque corrélation ou causalité entre la tablette et la prise du crayon et même si elle existait, des mesures de protection face aux écrans et des programmes d’intervention permettaient d’y remédier. On peut parfaitement imaginer des scènes de blackout avec des personnes qui ne connaissent plus l’écriture manuscrite, mais si ce scénario existait, ce n’est pas pour demain.

Les enfants ont-ils alors vraiment de plus en plus de mal à tenir un stylo à cause de l’invasion des écrans?

En l’état actuel des connaissances, on ne peut donc pas affirmer que les enfants ont de plus en plus de mal à tenir un stylo à cause des écrans, mais s’il y avait un impact, il serait dû au manque d’activité physique et non à la manipulation de l’écran lui-même. Je ne peux qu’insister et recommander de lire le rapport de l’académie des sciences sur les enfants et les écrans, faisant un état des lieux des connaissances sur les risques et enjeux des écrans. Les recommandations sont claires et précises et je vous invite à le lire car il est vraiment accessibles.

L’Académie des Sciences souligne que les écrans peuvent être utiles au développement sensori-moteur du jeune enfant, tant que cela ne limite pas l’accès aux autres activités permettant le développement physique et socio-émotionnel des jeunes enfants. Une utilisation modérée et encadrée pourrait donc au pire ne pas avoir d’effet, au mieux un effet bénéfique. Il ne faut cependant pas fermer les yeux sur les risques avérés d’une consommation excessive et inadaptée des écrans, principalement ceux non interactifs (c’est a dire autres que la tablette par exemple). Toujours selon l’Académie des Sciences, on peut en revanche noter des retards de développement du langage, un manque d’activités physiques et sociales augmentant le risque de surpoids, des troubles du sommeil, un risque accrus de troubles ultérieurs de la vision et des performances scolaires amoindries.

En conclusion, BFM TV a écrit un article alarmiste, approximatif, voire inexact en plusieurs points. Il dépeint un tableau noir d’une problématique qui n’en pas une à ce jour. Il a été grandement relayé et repris par d’autres journaux, comme pour les articles sur l’ « autisme virtuel » qui avait le même niveau de preuves voire pire, et sans vérification des affirmations et des sources. La problématique de ces articles est qu’ils contribuent à faire culpabiliser ou rendre coupable les parents d’enfants avec des besoins particuliers ou en situation de handicap. Il ont une portée désastreuse en se permettant de propager des croyances ou préjugés. Une vérification des sources est indispensable pour écrire un bon article et éviter de propager des contre-vérités, ce qui n’a objectivement pas été le cas ici.

7 thoughts on “Les enfants ont-ils vraiment de plus en plus de mal à tenir un stylo à cause de l’invasion des écrans?”

  1. Merci pour ce travail d’esprit critique, qui m’a beaucoup intéressée. C’est important de déconstruire les infos erronées ou simplistes (parfois simplifiées à dessein)… je ne sais pas si tu connais, mais Florian Gouthière qui travaille au Magazine de la santé vient de sortir un livre sur la façon de trier les infos scientifiques qu’on voit passer dans les médias ! il est très chouette

    1. Ah mais oui, j’ai déjà discuté avec lui sur un autre sujet! Je ne savais pas qu’il avait publié un livre, merci de l’info! Je m’intéresse en effet de très près à l’esprit critique et démarche scientifique, je suis ravie que cela t’ai plu!

  2. Hi, my reply will be in English!
    As an OT with a lot of interest in normal development in both the context of children and adults with neurological deficits, I do feel we should be very cautious of electronic media. In terms of handwriting, I have a particular interest in the field of pre-handwriting skills… so those that come before picking up the oen so to speak! In pre-handwriting skills, both the development of proximal stability (shoulder, neck as well as wrist!) and distal mobility (fingers, intrinsics) are so important for handwriting. I think the introduction of tablets rob children of huge amounts of time that should be spend playing in different positions (on floor, in prone, against gravity) in order to strengthen the proximal stabilisers. Several fine motor activities such as playing with playdough, manipulating a variety if everyday items, playing in sand etc are vital to stregthen the muscles of the hand in preparation for writing.
    I therefore agree with you that the use of the tablet in itself might not be clearly linked to poorer handwriting, but the time NOT spend in normal development acitivities, might have a big imoact on handwriting. I agree that soem articles might evoke guilt in parents, BUT I also think sometimes parents need these sort of alarmist articles in order to reconsider what they are doing. I an very proud to say my 3-year old can not operate an ipad and the exposure he has had to tablets/phones in general has been recent and limited. I also think we will see more conclusive evidence in future as it seem to become more of the norm to have very young children on electronics.

    1. Thanks Marilyn for your comment! I definitely agree with you. The article from BFM affirms that handwriting is delayed BECAUSE of the tablet, not because kids miss play opportunities. The Guardian article is much more accurate and responsible, Sally Payne is a figure in paediatrics and unfortunately they missed important part of her explanation in their translation. Sensory play, gross motor, pretending play are a basic for building bricks of the child dévelopment. This has to be promote definitely and that’s what I try to do with my blog 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *